PRÉSENTATION /

Un week-end à l’Est


Le festival des cultures est-ouest

Forte du succès de l’an dernier, l’équipe du festival est très heureuse de vous convier à la deuxième édition d’Un week-end à l’Est, qui mettra cette année à l’honneur la ville de Kiev.

Un rendez-vous unique en des lieux emblématiques du Quartier latin qui vivra, du 15 au 20 novembre prochains, au rythme de la capitale d’Ukraine grâce à la présence de ses écrivains, de ses artistes, de ses photographes, de ses cinéastes, de ses metteurs en scène et de ses musiciens.

En tout, une trentaine d’événements, déclinés sous forme de conférences, de rencontres croisées entre un écrivain ukrainien et un écrivain français, de projections, d’expositions, de concerts ou encore d’un atelier pour les 9-14 ans, attendent le public français.

Un week-end à l’Est, ouvert à tous et en libre accès, destiné aux connaisseurs et aux néophytes, résolument tourné vers la création vivante des pays de l’Est dont toute la vivacité culturelle, le temps d’un long week-end de novembre, vient animer le cœur de Paris.

Cette année, Un week-end à l’Est a le plaisir d’accueillir Andreï Kourkov en tant que Parrain du festival.

PDF / Le programme d’Un week-end à l’Est

PROGRAMME /

PAR DATE

PAR LIEUX


À VOIR TOUT AU LONG DU FESTIVAL


Photographie

Passport, d’Alexander Chekmenev, pour la vision unique et intime d’une Ukraine rurale en lisière de la société juste après l’effondrement du régime soviétique.

Les invités : Alexander Chekmenev ,

Illustrations

The Kievianer, série d’affiches du duo Braty, composé des frères jumeaux Ivan et Vassily Kostenko, sur les battements de cœur de la capitale ukrainienne.

Les invités : Les frères Braty ,

Photographie et graphisme

Proposée par le Centre culturel d’Ukraine en France, l’exposition Kyiv-Paris. Visage de nos villes, photographies de Fifi Bristoche et graphisme de Kateryna Kosyanenko.

Les invités : Fifi Bristoche , Kateryna Kosyanenko ,

MERCREDI 15 NOV.


Théâtre et Musique

En avant-première, Dakh Daughters band, un « Freak cabaret » endiablé et exaltant, admirablement mis en scène par Vlad Troitskyi. Portées à la fois par la mouvance artistique d’avant-garde du Théâtre Dakh et par l’esprit révolutionnaire qui a soulevé le Maïdan, dans un singulier mélange de théâtre et de musique, de spontanéité et de mise en scène, « Les filles du Dakh » célèbrent la liberté et la résistance contre le désenchantement.
Création collective et interprétation virtuose de Nataliya Halanevych, Tanya Havrylyuk, Ruslana Khazipova, Solomiia Melnyk, Ganna Nikitina, Nataliia Zozul.
Production : Dakh Theatre – DdD www.dddames.eu
En collaboration avec Blue Line Productions



JEUDI 16 NOV.


Conférence
L’aspect kievien dans l’œuvre de Kasimir Malevitch

L’œuvre de Malevitch, immense figure de l’avant-garde, est intimement liée à sa ville d’origine, Kiev. Réprouvé par le régime soviétique au pouvoir, il aura appris à ses dépens que révolution politique et révolution artistique ne vont pas forcément de pair. Avec Tetyana Filevska et Dmytro Horbatchov, l’un des plus éminents spécialistes du peintre.
Débat animé par Thierry Dufrêne, historien de l’art contemporain.

Les invités : Tetyana Filevska , Dmytro Horbatchov ,

19H

Reid Hall

Soirée d’ouverture avec les invités du festival

Animée de ce même désir de liberté qui a fait la révolution place Maïdan, la littérature ukrainienne d’aujourd’hui, faisant le pari que le désordre est une porte ouverte à tous les possibles, se tient résolument debout. Aussi, quoi de mieux pour saisir l’esprit de Kiev en cette grande soirée d’ouverture du Festival que d’écouter les voix de ses écrivains ? Lectures en langue originale et en français, par les romanciers invités et par Les Livreurs (www.leslivreurs.com).


VENDREDI 17 NOV.


Arts
Kiev s’impose dans le monde de l’art contemporain

Kiev est devenue un haut lieu de l’art contemporain sur la scène internationale et sans doute est-ce indissociable de son histoire récente, le radicalisme dans l’art, telle une piqûre de résistance continue, garantissant un espace de totale liberté là où celle-ci est le plus menacée.
Avec Olesya Ostrovska Liuta, directrice de l’Arsenal Mystetsky, et Olya Balashova, du Musée national d’Art d’Ukraine.
Conférence animée par Francky Blandeau, ancien attaché culturel en Ukraine.

Théâtre
Kiev et son théâtre

Vlad Troïtskyi est un immense metteur en scène qui a fondé, il y a une quinzaine d’années, le célèbre Théâtre Dakh, à Kiev, véritable foyer du renouveau théâtral en Ukraine.
Rencontre animée par Jean-Pierre Thibaudat, critique théâtral à Mediapart.

Les invités : Vlad Troïtskyi ,

Illustrations

Vernissage de l’exposition « The Kievianer », en présence du duo Braty. Ivan et Vassily Kostenko sont frères jumeaux et leur complicité est un trait fondamental de leur travail. Ensemble ils allient une esthétique rétro à des techniques modernes (dont le collage), créant des œuvres intemporelles qui reflètent une certaine réalité ukrainienne d’où la beauté et la joie ne sont pas exclues.
Présentation par Francky Blandeau, ancien attaché culturel en Ukraine..

Les invités : Les frères Braty ,

Ciné-concert

La Terre (Земля, Zemlia), d’Alexandre Dovjenko, muet, 1930, 1h30. Le chef-d’œuvre du cinéma soviétique présenté en ciné-concert. Un petit village ukrainien à l’époque de la collectivisation des terres en Union soviétique. Véritable poème visuel et hymne à la nature.
Précédé d’Étude sur Kiev, d’Edouarde Tymline, 1966, 9 min.
Avec Mariana Sadovska, harmonium indien et clavier. Présentation par Lubomir Hosejko, critique et historien du cinéma ukrainien, et Oleksandr Teliuk, du Centre Dovjenko.

Les invités : Mariana Sadovska ,

SAMEDI 18 NOV.


Cinéma

Falling, premier long métrage, inédit en France, de Marina Stepanska, 2017, 1h45. L’amour dans une Ukraine postrévolutionnaire où la jeune génération tente de trouver sa place.
Présentation par Anthelme Vidaud, directeur artistique du Festival International du Film d’Odessa.

Les invités :

Atelier jeunesse
Contes de fées et folklore ukrainiens

Cet atelier proposé par le duo Braty portera sur folklore ukrainien et ses héros : les dragons et les sirènes, Kotygoroshko, Kirilo Kozhemyaka, Kot Bajun, et bien d’autres héros qui rivalisent de courage, d’intelligence et de noblesse. Le conte de fée est le genre folklorique le plus populaire : il raconte l’histoire du peuple ukrainien, ses traditions et sa culture. Il rend universels les expériences et événements propres au pays, le rêve du peuple d’une vie meilleure, et il reflète également les valeurs éthiques et morales du peuple ukrainien. Avec l’aide des artistes, les participants crééeront un collage unique, fait à partir d’images du folklore ukrainien aux animaux en passant par des éléments de la nature.
Inscriptions obligatoires à l’adresse suivante : contact@weekendalest.com

Les invités : Les frères Braty ,

Littérature
L’esprit de révolte dans la littérature

Rencontre avec Serhiy Jadan, poète et écrivain militant ukrainien, pour Anarchy in the UKR (traduit par Iryna Dmytrychyn, éditions Noir sur Blanc, 2016), et Lola Lafon, auteure de cinq romans, dont le dernier, Mercy, Mary, Patty (Actes Sud), vient de paraître. Deux livres où souffle un furieux vent de liberté et d’insoumission.
Animée par Oriane Jeancourt, journaliste à Transfuge.

Les invités : Lola Lafon , Serhiy Jadan ,

Photographie

Rencontre avec Alexander Chekmenev, dans le cadre de l’exposition de la série Passport. Missionné par les services sociaux lors de la campagne visant à munir chaque citoyen d’un passeport ukrainien qui a suivi l’effondrement de l’URSS, Chekmenev est allé à la rencontre des personnes qui ne pouvaient se déplacer et a réalisé une suite de portraits destinés aux nouveaux passeports. Il offre à travers cette série une vision unique et intime d’une Ukraine rurale en lisière de la société et à une époque charnière.
Animée par Benoît Vitkine, spécialiste de l’Ukraine au journal Le Monde.
En partenariat avec Photo Saint-Germain

Les invités : Alexander Chekmenev ,

Cinéma

Rez-de-chaussée (Первый этаж, Pervyj etazh), d’Igor Minaev, 1990, 1h06. Derrière le huis clos charnel et destructeur impliquant un policier et une jeune prostituée, ce film en noir et blanc à l’élégance remarquable livre une description acerbe de la société gorbatchévienne dans ses détails quotidiens. En présence du réalisateur, l’un des plus surprenants de sa génération, en rupture totale avec l’académisme du cinéma soviétique.

Les invités : Igor Minaiev ,

Littérature
Les repères symboliques d’une ville

Rencontre entre Alexeï Nikitine, romancier et nouvelliste célèbre en Ukraine dont le premier roman traduit en français, Victory Park (traduit du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton, éditions Noir sur Blanc, 2017), se déroule à Kiev qui « n’est pas seulement la ville qu’il connaît dans ses moindres recoins : c’est son paysage intérieur, qu’il rêve et qu’il réinvente » ; et Frédéric Ciriez, auteur de trois romans chez Verticales, dont Mélo (2013), qui livre les récits de trois personnages avec, en toile de fond, un Paris « symbole de ces villes-mondes, kaléidoscopiques, bigarrées, ethnicisées, individualisées, espace de l’intersection et des bifurcations, de l’ombre et de la lumière ».
Rencontre animée par Julie Bouvard, traductrice.

Les invités : Alexei Nikitine , Frédéric Ciriez ,

Cinéma

My Joy (Счастье мое, Schastye), de Sergeï Loznitsa, 2010, 2h07. Grégory, un jeune routier, se perd dans la campagne russe avec son camion chargé de farine. À la rencontre des personnages d’un vétéran malheureux, d’une prostituée mineure, d’une étrange bohémienne et de policiers corrompus et brutaux, il se voit basculer dans un monde d’une violence inouïe. Expliquant le choix du titre, Loznitsa dira : « Je voulais faire un film d’amour mais comme ça arrive fréquemment avec les Russes, quel que soit votre projet, vous finissez avec une Kalachnikov ». Avec son premier film de fiction, Sergeï Loznitsa s’impose d’emblée comme un cinéaste fascinant. Son œuvre compte désormais une douzaine de documentaires et 3 longs métrages de fiction d’une grande force et d’une remarquable virtuosité.
Présentation par Lubomir Hosejko, critique et historien du cinéma ukrainien.

Les invités :

Littérature
Le renouveau artistique en ukraine passe-t-il par les femmes ?

Rencontre avec Tetyana Ogarkova, essayiste, journaliste et professeure d’université, et Oksana Zaboujko, écrivaine et poétesse, parmi les premières à avoir abordé des sujets inédits et interdits en Ukraine, en dehors de toute portée politique, comme la féminité, la sensualité et la sexualité. Son roman, Explorations sur le terrain du sexe ukrainien (traduit par Iryna Dmytrychyn, éditions Intervalles, 2015), paru pour la première fois en 1996, fait figure de premier best-seller en Ukraine.
Animée par Alexandra Goujon, politiste spécialiste de l’Ukraine.
En partenariat avec les éditions des femmes-Antoinette Fouque

Les invités : Tetyana Ogarkova , Oksana Zaboujko ,

Ciné-concert

Arsenal (Арсенал), muet, 1929, 1h30, deuxième film de la trilogie ukrainienne d’Alexandre Dovjenko sur la révolte des ouvriers de l’arsenal de Kiev, présenté en ciné-concert.
Avec Mariana Sadovska, harmonium indien et clavier.
Présentation par Antoine Perraud, journaliste à Mediapart.

Les invités : Mariana Sadovska ,

DIMANCHE 19 NOV.


Cinéma

The Trial : The State of Russia vs Oleg Sentsov, d’Askold Kurov, 2017, 1h15, documentaire inédit en France. Une enquête poignante sur le procès-spectacle politique d’Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien et activiste de Maïdan, accusé d’avoir mené un mouvement terroriste anti-russe.
Présentation par Antoine Perraud, journaliste à Mediapart.

Les invités :

Littérature
Quand l’absurde devient la norme

Rencontre avec Andreï Kourkov, sans doute le plus connu des écrivains ukrainiens, pour Le pingouin (traduit du russe par Nathalie Amargier, éditions Liana Levi, 2000), fable mordante et comique sur fond de corruption en Ukraine postsoviétique, et Pierre Senges, auteur d’ Achab (séquelles) (Verticales, 2015), roman aussi gonflé d’érudition que drôle, Prix Wepler 2015.
Animée par Oriane Jeancourt, journaliste à Transfuge.

Les invités : Andreï Kourkov , Pierre Senges ,

Cinéma

La maison à la tourelle, d’Eva Neymann, 2013, 1h19. Un conte mélancolique dans un noir et blanc somptueux, tiré d’un récit autobiographique de Friedrich Gorenstein, écrivain ukrainien et scénariste de Tarkovski. Précédé de Les Fresques de Kiev, de Sergei Paradjanov, 1966, 14 min.
Présentation par Oleksandr Teliuk, du Centre Dovjenko et Mathieu Lericq, critique de cinéma et enseignant en études cinématographiques à l’Université d’Aix-Marseille.

Les invités :

Littérature
Vivre en Ukraine, écrire en russe : Gogol, Boulgakov...

Rencontre avec Andreï Kourkov, écrivain ukrainien de langue russe, auteur de nombreux romans traduits en plusieurs langues et publiés aux éditions Liana Levi en France.
Animée par Iryna Dmytrychyn, historienne, traductrice et maître de conférences à l’INaLCO.

Les invités : Iryna Dmytrychyn , Andreï Kourkov ,

Cinéma

Maïdan (Майдан), documentaire de Sergeï Loznitsa, 2014, 2h14. Sergeï Loznitsa a posé sa caméra sur le Maïdan pendant les mois de soulèvement qui, de manifestation monstre à révolution, a fini par chasser les pro-Russes du pouvoir. Véritable plongée au cœur d’une révolution en cours, avec les moyens d’un cinéaste esthète et exigeant.
Présentation par Arnaud Hée, de la revue Images documentaires.

Les invités :

Musique

En présence exceptionnelle du compositeur, concert en l’honneur du 80e anniversaire de Valentin Silvestrov, célébré comme l’un des plus grands compositeurs d’aujourd’hui. Véritable événement à Paris, ce concert réunit autour des œuvres de Silvestrov, Bach et Debussy, le prodigieux pianiste Alexei Lubimov, ainsi qu’Agnès Vesterman, violoncelliste et spécialiste du compositeur.



LUNDI 20 NOV.


Arts
Street art en Ukraine : entre résistance et propagande

Une conférence sur le Street art, art populaire, libertaire et spontané par excellence. S’il est sûr qu’il a fait sortir l’art des musées pour le propulser dans l’espace public, la fonction du Street art, d’arme de contestation à outil de propagande, reste plus floue. Que nous disent les murs de Kiev ?
Avec Oleg Sosnov, commissaire d’expositions et responsable culturel à l’Institut français, et Waone (alias Vladimir Manzhos, du duo Interesni Kazki), précurseur du mouvement graffiti en Europe de l’Est.
Animée par Julien Malland, alias Seth, artiste, auteur et présentateur d’ouvrages et de reportages portant sur l’art urbain.

17H30

INaLCO

Littérature
Le renouveau de la littérature ukrainienne

Rencontre avec Irena Karpa, écrivain et journaliste, et Tetyana Ogarkova, essayiste, journaliste et professeure de littérature comparée à l’université Mohyla à Kiev. Discussion conduite par Iryna Dmytrychyn, historienne, traductrice et maître de conférences à l’INaLCO.
En partenariat avec le cursus ukrainien de l’INaLCO

Architecture

Né en Ukraine, Vladislav Horodetskiy est un architecte fameux des XIXe et XXe siècles ayant généreusement contribué au développement urbain de Kiev. Surnommé le « Gaudi de Kiev », il a doté, souvent en association avec le sculpteur italien Emilio Sala, le patrimoine de la ville de nombre de joyaux, tels que la Maison des chimères, de style Art Nouveau et décorée d’animaux exotiques et de scènes de chasse, le Musée National d’Art d’Ukraine, la Cathédrale Saint-Nicolas ou la synagogue Karaïte. Vladislav Horodetskiy est mort en 1930 à Téhéran, où il s’était exilé après la Révolution de 1917.
Discussion avec Oles Ilchenko, poète et romancier, auteur d’une biographie romancée de l’architecte, La ville aux chimères (éditions Grani-T, 2009), et Tetyana Kilesso Contant, spécialiste de l’architecture ukrainienne. Animée par Yulia Donetskaya Architecte DE, Architecte HMONP, et enseignante à l’ENSA Paris-Malaquais.

Débat
Le pouvoir d’expression en Europe : quelles limites ?

Ouverture de la soirée par François Croquette, Ambassadeur pour les droits de l’Homme, Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
Le cas d’Oleg Sentsov, cinéaste emprisonné en mai 2014, pose la question du rôle de l’art en temps de dérives politiques et sociales. La création est-elle le dernier rempart pour défendre la liberté d’expression ? Avec Michel Eltchaninoff, agrégé et docteur en philosophie, spécialiste de philosophie russe et rédacteur de Philosophie Magazine, Romain Goupil, réalisateur et militant politique engagé, Andreï Kourkov, écrivain, Volodymyr Yermolenko, philosophe, journaliste et professeur d’université. Débat conduit par Sandrine Treiner, écrivain et directrice de France Culture.
Clôture en musique par Mariana Sadovska, chant et harmonium indien.


LES LIEUX DU FESTIVAL /


Cinéma Christine 21

4, rue Christine
75006 Paris


Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts

14, rue Bonaparte
75006 Paris


Cathédrale Saint-Volodymyr le Grand

51, rue des Saints-Pères,
75006 Paris


Espace des femmes-Antoinette Fouque

35, rue Jacob
75006 Paris


Galerie Folia

13, rue de l’Abbaye
75006 Paris


INaLCO

2, rue de Lille
75006 Paris


Les Originaux/Galerie- Librairie Actes Sud

37, rue Saint-André des Arts
75006 Paris


Librairie Polonaise

123, boulevard Saint-Germain
75006 Paris


Auditorium Saint-Germain

4, rue Félibien
75006 PARIS


Odéon-Théâtre de l’Europe

place de l’Odéon
75006 Paris


Reid Hall

Columbia Global Centers | Paris
4, rue de Chevreuse
75006 PARIS


ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D’ARCHITECTURE PARIS-MALAQUAIS

14, rue Bonaparte
75006 Paris


Galerie Nuit et Jour

9, place Saint-Michel
75006 Paris

Voir en plein écran

LES INVITÉS /

››

14H

Cinéma

The Trial : The State of Russia vs Oleg Sentsov, d’Askold Kurov, 2017, 1h15, documentaire inédit en France. Une enquête poignante sur le procès-spectacle politique d’Oleg Sentsov, réalisateur ukrainien et activiste de Maïdan, accusé d’avoir mené un mouvement terroriste anti-russe.
Présentation par Antoine Perraud, journaliste à Mediapart.

PARTICIPATION