LES INVITÉS /

›› ‹‹

Goran Petrović

© Photo : DR

Goran Petrović a sa propre voix. Son univers narratif riche et subtil, animé par une imagination puissante, et sa manière sans pareille d’articuler imaginaire et réel le placent au tout premier rang des auteurs serbes contemporains.

Il a remporté les plus hautes distinctions littéraires dans son pays. Ses œuvres sont traduites dans une vingtaine de langues, dont quatre en français (traduits par Gojko Lukić, lauréat du Prix du PEN Club serbe pour le meilleur traducteur étranger en 2011) : Soixante-neuf tiroirs, Le Rocher, 2003 ; Le Siège de l’église Saint-Sauveur, Seuil, 2006 ; Sous un ciel qui s’écaille, Les Allusifs, 2010 ; Atlas des reflets célestes, 2015, Notabilia, qui ont reçu un accueil très laudatif de la part de la critique française.

Goran Petrović est l’un des auteurs serbes les plus brillants de sa génération. (…) En lisant ce texte étrange, nous ne pouvons nous empêcher de penser à Borges Toutefois, Goran Petrović a son univers bien à lui, fait de poésie et d’espérance Un texte atypique à lire sans modération. — Page des Libraires, par Guillaume Le Douarin

Dernier livre paru : Tout ce que je sais du temps (Noir sur Blanc, Notabilia)

Premier recueil de nouvelles de l’auteur traduit en français, Tout ce que je sais du temps s’éloigne de la matière romanesque propre à l’auteur, le destin collectif, celui d’un peuple, et la marche de celui-ci à travers l’histoire, pour entraîner les lecteurs sur un terrain nettement plus intimiste, autobiographique, voire autofictionnel. Il constitue un labyrinthe d’histoires enchâssées dans lequel il est facile et agréable de se perdre puis d’inventer son propre chemin.