LES INVITÉS /

››

Svetislav Basara

© Photo : DR

Svetislav Basara, écrivain, éditorialiste, ex-diplomate, est le grand trublion de la littérature serbe. Il est à ladite littérature ce que le triangle des Bermudes est à la navigation : un risque permanent de se voir englouti par une dimension qui n’était pas à l’ordre du jour. Sa poétique exalte avec drôlerie l’absurde omniprésent et fait pressentir derrière celui-ci un mystère dont la nature métaphysique est attestée par certains de ses admirateurs et contestée par d’autres.

La plupart de ses romans traduits en français l’ont été par Gojko Lukić et la plupart ont été édités par Brigitte Bouchard, d’abord aux Allusifs (Perdu dans un supermarché, 2008, Le Miroir fêlé, 2004, Guide de Mongolie, 2006), puis chez Notabilia (Solstice d’hiver, 2013).

Basara tire sur tout ce qui bouge ou plutôt sur ce qui ne bouge pas dans les systèmes de pensées. — Xavier Lapeyroux, Le Monde diplomatique

Dernier livre paru : Le Cœur de la Terre (traduit par Gojko Lukić aux éditions Noir sur blanc, « Notabilia » 2016)

Qui était vraiment Friedrich Nietzsche ? Il y a dans sa biographie un trou de trois mois, et c’est au fond de celui-ci que se trouve peut-être la réponse. En effet, Nietzsche est victime d’une cabale internatio- nale ourdie par Wagner, Lou Salomé, Freud et autres Illuminati, auxquels, moyennant une légère torsion historique, viennent s’ajouter Staline et Atatürk. En 1882, a n d’échapper à cette meute de nietzsche- phages, le philosophe prétend partir pour la Sicile mais s’embarque pour Chypre. Incognito. À moins que ce ne soit contraint et forcé, puisque, selon une autre hypothèse, captif du rêve d’un lecteur de Zara- toustra, il est entraîné malgré lui dans cette île au statut ontologique douteux. Quoi qu’il en soit, il y passera trois mois indescriptibles, que Le coeur de la terre s’emploie à décrire.